1 855 ROUTE DC (768-8332) OR 514-623-3100

outière Print page. État des routes au Québec : la vérificatrice générale blâme le ministère des Transports

État des routes au Québec : la vérificatrice générale blâme le ministère des Transports

La vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc, a déposé ce matin un rapport dans lequel elle se penche sur l’état du réseau routier.

Son constat est dévastateur. « La moitié des chaussées du réseau routier sous la responsabilité du ministère des Transports et de la Mobilité durable (MTMD) sont en mauvais état. Une proportion importante d’entre elles ont atteint la fin de leur durée de vie », écrit Mme Leclerc dans son rapport.
Gros plan de nid de poule avec camion et remorque en arrière-plan
Le bon état du réseau routier est garant d’un bon accès aux marchés d’exportation pour les camions qui le sillonnent, souligne la vérificatrice générale. (Photo : iStock)

Les travaux de conservation seraient insuffisants, au point où le déficit de maintien d’actifs des chaussées serait en croissance, augmentant de 3 milliards $ de 2018 à 2022 pour atteindre les 10 milliards $. Cela représenterait plus du quart du déficit de l’ensemble des infrastructures publiques du Québec.

La vérificatrice générale estime que le MTMD n’a pas évalué les investissements nécessaires pour maîtriser ce déficit.

« Par ailleurs, certains travaux de réhabilitation des chaussées qui favoriseraient la pérennité du réseau routier ne sont pas planifiés, tandis qu’une portion importante de ceux qui sont planifiés finissent par être reportés », souligne Mme Leclerc.

Transparence et planification

Elle ajoute que le MTMD manque de transparence quant à sa manière de divulguer l’état des routes au gouvernement. Un réseau de 31 000 km qui permet, dit-elle au sujet du camionnage, d’assurer l’accès « aux principaux marchés d’exportation ».

Trois des directions générales territoriales du MTMD visitées dans le cadre des travaux de la vérificatrice n’avaient planifié aucun projet pour des segments de chaussée nécessitant des interventions majeures. De plus, lorsque des projets de réhabilitation majeure sont planifiés, une portion importante d’entre eux sont reportés sans être réalisés, peut-on également lire dans le rapport.

Le manque de rigueur dans la planification des travaux au MTMD et entre directions régionales avait déjà été pointé du doigt le 1er novembre, dans un rapport de l’Autorité des marchés publics.

La vérificatrice générale va dans le même sens et, à la page 31 de son rapport, elle émet la recommandation suivante : « S’assurer que les directions générales territoriales planifient et réalisent les travaux de réhabilitation majeure nécessaires à l’atteinte des cibles ministérielles, tout en veillant à la réalisation des autres interventions prévues dans la stratégie de planification des interventions. »

Nouveau sous-ministre adjoint

Le 15 novembre dernier, le cabinet du premier ministre François Legault a émis un communiqué de presse dans lequel il annonçait la nomination d’un nouveau sous-ministre adjoint au MTMD. Il s’agit de M. Luc Tremblay, qui est entré en fonctions lundi dernier, 20 novembre.

Il pourrait avoir pour mandat d’assurer plus de cohésion et de communication au sein des différentes directions régionales du MTMD puisque son titre exact depuis 2019 était « directeur général à la coordination territoriale » de ce ministère.

M. Tremblay est détenteur d’un baccalauréat en génie civil de l’Université Laval. Il a également enseigné cette discipline au Cégep de Limoilou de 2007 à 2012.

Source

Source

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Besoin d'un tarif?Vous avez une question?